Quelques textes pour comprendre le terrorisme

31 mars 2012 § Poster un commentaire

Le terrorisme, c’est d’abord un mot qui terrorise.

Il a une origine précise : la Terreur lancée par Robespierre en 1793. Le terme fait son entrée dans les dictionnaires à la fin du XVIIIe siècle pour désigner la propagation de cette Terreur d’État révolutionnaire à toute la France. Il faut quasiment un siècle pour que « terrorisme » prenne sa signification actuelle. Elle est presque inverse : la violence d’organisations clandestines luttant contre l’État par la terreur. Son usage se répand lentement.Le mot est employé en 1866 pour stigmatiser des violences nationalistes en Irlande. En 1883 pour dénoncer les activités révolutionnaires en Russie. Dès 1892, la France connaît une série d’attentats dont ceux de Ravachol et l’assassinat du président Sadi Carnot. Pour leurs auteurs, il s’agit de « propagande par le fait ». Les « lois scélérates » de 1893-1894 répriment ces violences. Elles incriminent participation intellectuelle, incitation, complicité ou apologie des « menées anarchistes », mais tout cela sans employer la notion de terrorisme. Les journaux de cette époque ne parlent que d’anarchisme comme projet de « détruire la société ». Au même moment, l’Orim indépendantiste macédonienne créée en 1893 se reconnaît ouvertement terroriste, mais cela reste une exception. Rares sont les penseurs politiques qui théorisent le terrorisme et envisagent froidement le mot et la chose. Mais parmi eux, il y a Lénine et Trotsky. Les organisations « terroristes » se présentent plus volontiers comme fraction armée d’un parti ou armée clandestine, comme un groupe de résistance ou de libération, comme des combattants ou guérilleros « urbains ».

Suite : Texte complet (pdf)

/Ecrit et réalisé par François-Bernard Huyghe. http://www.huyghe.fr.

Publicités

Tagué :, , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Quelques textes pour comprendre le terrorisme à Tell The People.

Méta