Forum mondial de l’eau : les solutions foisonnent pour « créer » de l’eau potable

20 mars 2012 § Poster un commentaire

Plusieurs concepteurs et entreprises ont présenté des systèmes simples pour transporter l’eau, la rendre potable et favoriser son accès au plus grand nombre. Ces solutions sont à la fois simples, bon marché et ne nécessitent aucune électricité.

Auke Idzenga, de la Fondation AIDFI, des Philippines, fait la promotion de son bélier hydraulique. Comme il l’explique, ce système « reprend une technologie du XVIIIe siècle et 200 ans plus tard, nous sommes au Forum mondial de l’Eau pour faire la promotion de cette solution pour acheminer l’eau dans les villages isolés de montagne« . Cette pompe ne nécessite aucune électricité « il faut juste de l’eau courante, une rivière, et le dispositif utilise la force de gravité et la vitesse générée par cette eau pour produire la pression nécessaire« , ajoute-t-il. Aux Philippines, déjà 200 villages emploient ce bélier hydraulique. D’une valeur de 8 000 dollars, chacun peut alimenter 50 foyers.

Autre solution évoquée au Forum mondial de l’eau : le « Hipporoller ». Pour éviter aux habitants des pays pauvres de parcourir 6 kilomètres par jour avec un jerrican de 20 kilogrammes d’eau sur la tête, il suffit de pousser ou de tirer un conteneur rond de 50 litres muni d’une barre métallique permettant de le manœuvrer. Le promoteur sud-africains de cette invention toute bête indique que le Hipporoller coûte 95 euros et a une durée de vie de 6 ans environ. Hans van der Vliet, le concepteur hollandais de l’ »Aquaplenty », présente également un conteneur aménagé de parois intérieures semblables à un réfrigérateur, surmonté d’une éolienne rudimentaire qui capte l’air par trois orifices. Ce système peut fournir jusqu’à 1000 litres d’eau par jour pour peu que la température extérieure atteigne les 15°C. « C’est en fait de l’eau de pluie naturelle, le principe est celui des nuages qui apportent l’eau« , explique-t-il.

Par ailleurs, le soleil permet de désinfecter l’eau très simplement. Des bouteilles en plastiques remplies d’eau contaminée sont disposées sur un toit en tôle et les rayons UV se chargent de  détruire les microorganismes (microbes et bactéries). Pour savoir si l’eau est potable, un petit boîtier muni d’un capteur solaire est vissé sur le goulot de la bouteille. « Un smiley souriant indiquera que la décontamination est réussie, il faut compter un minimum de six heures et la durée est bien sûre fonction de la saison et de l’intensité de l’ensoleillement« , indique Angelika Stadelmann, responsable de la start-up autrichienne Helioz.

Dans le même ordre d’idée, l’ONG Céramiques a mis en place au Nicaragua le « Filtron ». De l’apparence d’un pot de fleur, ce système contient jusqu’à sept litres d’eau et la rend potable en quelque heures  « après avoir éliminé 99,98% des parasites« , affirme Beverly Pillers, responsable de l’ONG.

/Maxi Sciences, 16 mars 2012

Publicités

Tagué :, , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Forum mondial de l’eau : les solutions foisonnent pour « créer » de l’eau potable à Tell The People.

Méta